“Le roi des démons du vent” by Clémence Poésy

Narrativ Nation / 2018 / Short movie

Synopsis :

Jeune interne aux urgences psychiatriques à l’hôpital Saint-Louis, Marie déprime un peu. Elle pensait avoir déjà tout vu, mais en ce soir de Nouvel An, une patiente, Sophie, débarque avec des visions… et une idée très précise de ce que Marie est en train de vivre avec son copain, Vincent. Élucubrations insensées ou simple délire de fêtarde alcoolisée, Sophie ne convainc pas vraiment la jeune interne.
Mais alors que Vincent vient la chercher pour se rendre à une fête, Marie se met à le regarder avec un autre oeil…

Intention du réalisateur :

J’aime les destins en marge et les histoires qui commencent, qui se laissent deviner, pas évidentes encore, toutes fragiles de leur seule éventualité, mais qu’on voit poindre déjà. Ce moment de bascule où il y a choix à faire, un tournant à prendre.

Marie, médecin, en est là de sa vie. Prisonnière d’une vieille relation amoureuse, elle ne voit plus bien où elle en dans sa relation, dans son existence. La force de l’habitude et l’amitié ayant remplacé la passion, elle n’a plus le recul pour voir que son histoire avec Marc se termine. Cet aveuglement, volontaire ou non, renferme mon personnage sur lui-même, la fâne sans qu’elle s’en rendre bien compte.

Sophie est folle – c’est du moins pour un excès de folie qu’elle arrive, en cette nuit de Nouvel An, aux urgences psychiatrique. Marie va la traiter, mais c’est elle qui va subir l’électro-choc de la révélation. Comme si le contact d’une étrangère, pourvue de visions, l’aidait à enfin voir la vérité sur son couple.

La folie de Marie va venir inoculer de l’étrange dans une histoire où je veux peindre, avant tout, les petits riens et les petites choses de la vie et de l’amour. Comme une étincelle, un feu brusquement allumé dans l’obscurité. Car c’est bien à la lumière de sa parole que Marie va regarder Marc autrement, et peut-être, le policier de garde.

En cette nuit de fête, ce sont des vies qui se croisent, qui se perdent, qui se trouvent. Et alors que partout dans la capitale on a lancé un joyeux compte à rebours, il y a, autour de l’hôpital, des vies qui s’additionnent et qui se soustraient les unes aux autres. C’est tout le sens des quatre personnages que j’ai écrit : chassé-croisé de vies minuscules, c’est à un nouvel équilibre qu’ils sont en train de donner naissance, fragile lui aussi.